Arquivo para 4 de maio de 2009

Tribunal Especial para o Líbano manda soltar generais

João H. R. Roriz

Nota rápida.

Conforme outro texto publicado aqui o Tribunal Especial para o Líbano começou a funcionar este ano. Suas instalações ainda são extremamente precárias e algumas sessões acontecem provisoriamente em um prédio que era usado como uma academia pela polícia holandesa. Todavia, decisões e ordens já começam a ser proferidas pela corte.

 Na semana passada o tribunal decidiu – a pedido do Procurador – pela soltura de quatro generais acusados de envolvimento no assassinato de Rafiq al-Hariri em 2005. A promotoria tinha recebido o material sobre os generais da Comissão Independente de Investigação e após analisá-lo, concluiu que não havia provas suficientes para manter os acusados na prisão.

 Os generais tinham sido mantidos presos por 4 anos pelas autoridades libanesas sem qualquer acusação formal, em clara violação dos direitos humanos. Tinham sido recentemente transferidos pela custodia do Tribunal Especial e o Procurador-Especial, Daniel Bellemare, considerou que as provas apresentadas a ele eram insuficientes para manter os quatro generais presos, mas ao mesmo tempo reiterou que os mesmos acusados podem voltar ao banco dos réus mais tarde caso novas provas sejam apresentadas.

Anúncios

Comissões militares poderiam ser restauradas

O colega Paulo Henrique comunica esta notícia do jornal Le Monde:

Guantanamo : les tribunaux d’exception pourraient être relancés

LEMONDE.FR avec AP et AFP | 03.05.09 | 09h44 • Mis à jour le 03.05.09 | 10h32

L’administration Obama envisage de recourir au système des tribunaux militaires d’exception qu’elle a gelé en arrivant au pouvoir, pour juger les terroristes présumés détenus à Guantanamo. Deux responsables l’ont indiqué sous le couvert de l’anonymat, confirmant des informations du New York Times du samedi 2 mai.

Ces commissions militaires, créées par George W. Bush pour juger les détenus de Guantanamo, avaient été très critiquées, notamment parce qu’elles permettent de baser l’accusation sur des rapports relevant du secret-défense, auxquels la défense n’a pas accès, et sur des témoignages obtenus sous la contrainte. Barack Obama, dès son arrivée à la Maison Blanche, avait tenu ses promesses en annonçant la fermeture de ce camp de prisonniers de l’armée américaine d’ici janvier et une suspension des procédures judiciaires jusqu’au 20 mai, le temps de décider du sort des détenus. Mais selon les deux responsables cités par AP, l’administration souhaite un nouveau délai de trois mois. Il permettrait de demander au Congrès d’amender le système existant, pour fournir davantage de protections juridiques aux suspects. L’objectif de la Maison Blanche est de traduire autant que possible les prisonniers non libérables ou transférables devant la justice civile, mais certains cas sont jugés problématiques.

Auditionné au Congrès sur l’avenir de ces tribunaux, le secrétaire à la défense Robert Gates avait indiqué jeudi que “les commissions restaient toujours une option”. Selon le New York Times, l’administration pourrait les relancer dès la semaine prochaine, en entreprenant des démarches auprès des juges militaires.

Ces projets ont suscité des protestations des organisations de défense des droits de l’homme, notamment de l’ACLU, qui y voit “une grave erreur et un immense pas en arrière”. Il reste à ce jour environ 240 détenus dans ce centre de détention situé à Cuba, dont 21 sont inculpés. Au moins un tiers des prisonniers devraient être libérés ou transférés à l’étranger afin d’y être jugés.

A notícia original, do New York Post, está aqui.


maio 2009
D S T Q Q S S
« abr   jun »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Anúncios